Technologie

Quelle est la différence entre une période réfractaire effective et relative ?

Les périodes réfractaires de la physiologie, en particulier, sont définies comme le temps nécessaire à un système excitable pour revenir à son état de repos. En d’autres termes, une période réfractaire est une période de temps pendant laquelle un neurone, une membrane, une cellule ou un organe excitable résiste à la stimulation. En ce qui concerne les études sur le sexe, le mot est également utilisé pour désigner l’apex génital masculin.

 

Après un certain temps, le système de l’organe concerné ne peut plus répéter ses actions d’excitation ou de stimulation, jusqu’à ce qu’il revienne dans son état de repos. Les périodes effectives et relatives peuvent être utilisées pour définir le potentiel électrochimique d’une période dans le corps humain, comme dans les muscles et le système nerveux, bien qu’elles soient définies de différentes manières.

Indice de réfraction effectif ou indice fixe

L’absolu de réfraction identifie la première période d’un potentiel d’action, également connu sous le nom d’impulsion électrique nerveuse-électrique. Pendant une demi-milliseconde après avoir franchi le potentiel de seuil de la membrane d’un neurone, celui-ci ne répondra à aucune stimulation, quelle que soit sa force. C’est exactement la période de temps appelée réfraction absolue.

 

Jusque-là, un deuxième stimulus n’aura aucun effet sur le potentiel d’une deuxième action. Cela signifie que, quelle que soit la force de la stimulation, une cellule ou un groupe de cellules est incapable de répondre.

A lire aussi : achat appartement dans le Sud de France : pourquoi est-ce avantageux ?

Période réfractaire relative

Temporellement après la période de réfraction « absolue », la période de réfraction « relative » décrit la situation. Contrairement à la période de réfraction absolue, dans la période de réfraction relative, un deuxième potentiel d’action peut être initié. Ce n’est toutefois le cas que si le deuxième stimulus dépasse une valeur seuil particulière. Dans la plupart des cas, un stimulus très puissant est nécessaire pour initier un second potentiel d’action pendant la période de réfraction relative.

 

Quelques millisecondes après l’absolu, la membrane des neurones se polarise à nouveau et le potentiel de la membrane au repos est alors restauré. Pendant la période réfractaire, la membrane ne répondra qu’à des stimuli très forts. Parce que seuls des stimuli de haute intensité peuvent fournir un potentiel d’action pendant une période de réfraction négative lorsque la membrane neuronale se repolarise.

You may also like...